Immeuble Boulevard Laurent Gerin... retour au logement !

vendredi 31 octobre 2014

Les habitants du nouvel immeuble Boulevard Laurent Gerin ont connu vendredi dernier un incendie volontaire de trois voitures dans le parking en sous-sol, ce qui aurait pu être un drame terrible et qui heureusement se termine avec des dégâts matériels importants mais sans remise en cause de l’habitabilité du bâtiment,

Des élus d’opposition n’ont pas eu honte de s’en servir dans une campagne de dénigrement systématique qui n’avait pas sa place devant l’inquiétude et la colère des familles concernées. Mais ce n’est pas l’essentiel.

Le directeur général des services de la ville de Vénissieux était sur place le soir même, la ville a pris en charge un relogement d’urgence pour une famille, coordonné les contacts avec les astreintes du bailleur pour la partie locative et du syndic pour la partie copropriété, a mis à disposition de l’eau, a suivi les risques d’insalubrité liés à l’accumulation d’eau usée dans le sous-sol...

Pendant trois jours, il y a eu beaucoup de confusion et d’incertitude sur la situation et les besoins, mais après deux expertises, la situation s’est éclaircie le jeudi avec une intervention technique de plombiers qui annonçaient la remise en service de assainissement et de l’eau, et un expert qui confirmait que l’immeuble était habitable,

Bref, les habitants ont pu reprendre leur vie presque normale dans leur logement, même s’il y a encore beaucoup de travaux nécessaires.

Reste l’enquête sur cet incendie volontaire. Les experts de la police scientifique était sur place le samedi et le mardi. Et reste surtout le préjudice pour les habitants qui ont vu leur voiture partir en fumée.

A la demande du maire, j’ai participé à une rencontre sur place le mardi, et je ne peux que confirmer l’engagement de la ville au coté des victimes dès la nuit du vendredi et surtout la détermination de tout faire pour que les coupables soient identifiés et punis.

Depuis plusieurs années, les chiffres d’incendie de véhicules sont à la baisse, mais avec un effet report des zones les plus surveillées, vers d’autres lieux, il faut donc adapter sans cesse les dispositifs de surveillance et surtout renforcer encore les moyens d’enquête, car ce sont bien les sanctions lourdes que les auteurs peuvent subir qui sont indispensables pour faire prendre conscience que l’incendie volontaire est un crime.