Quand les populistes battent leur record... (bis)

dimanche 15 mars 2015

suite d’un premier post sur les impôts...

Toujours dans ce débat télévisé de la campagne électorale de #Vénissieux, les candidats du FN, de la droite et du PS mentent sans vergogne sur le logement social !

Ils annoncent des chiffres totalement fantaisistes, évoquant une part de logement social en hausse qui dépasserait 50% en dénonçant le risque de se retrouver bientôt à 60%...

Michèle Picard a bien eu raison de rappeler que 70% des Français ont droit au logement social ! On peut ajouter que cela concerne 80% des Vénissians... Oui, si un grand service public national du logement apportait un logement de qualité, accessible, sécurisé, et économe à tous ceux qui y ont droit, on ne parlerait plus de crise du logement... !

Mais surtout, les chiffres utilisés par le FN, la droite et le PS sont tout simplement des mensonges ! Non seulement, la part de logement social n’augmente pas à Vénissieux, mais elle baisse depuis des années. Elle était de 53% en 2008 et elle n’est presque plus tout à fait à 50% en 2015 !

Or nous avons 2000 Vénissians qui attendent et qui ne veulent pas partir habiter à Caluire ou Collonges au Mont d’Or, n’en déplaise à Mr Ben Khelifa ! et 1000 habitants du Grand Lyon qui veulent venir, parfois revenir, à Vénissieux

Mais compte tenu de la politique du gouvernement et de la métropole, le nombre de logement sociaux à venir est très faible. En 2014, nous n’avons pu obtenir que 70 autorisations du Grand Lyon, qui a même refusé un petit projet de 28 logements fin décembre, alors que tout était prêt et qu’un accord oral avait été donné en Juin...

Et pourtant le privé continue à construire 1000 logements par an à Vénissieux. A ce rythme, nous serons rapidement descendu à 40% de logements sociaux !

Tout cela parceque la PPI du Grand Lyon n’est pas encore validée, et que le logement social risque d’être la victime des compromis de la majorité PS centre droite de la métropole ! C’est ce que refusait le vice-président Brachet qui a été contraint à la démission.

Décidément, la conception de la politique de Girard, Monchau et Ben Khelifa, c’est "Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose"...

Les Vénissians ont l’occasion de renvoyer tous ces populistes chez eux, en Vendée ou à Lyon...