ouvriers et artistes

mardi 11 janvier 2011

Dans le débat budgétaire du Grand Lyon, une intervention qui m’a fait réagir.. Un élu écologiste soulignant les transformations qu’il souhaite renforcer dans l’agglomération de demain évoque la vallée de la chimie... Il propose de "transformer les cuves industrielles en lieux artistiques"...

Comme beaucoup, je suis sensible à la casse de l’industrie et notamment aux restructurations de la chimie qui sont menaçantes pour l’emploi dans tout le Sud de Lyon... J’interpelle donc mon collègue en l’interrogeant "et les ouvriers, ils deviennent quoi ?" C’est sa voisine, élue de la Croix-Rousse qui me répond "ils deviennent des artistes" !

On ne peut mieux dire a quel point il y a un idéalisme dangereux dans un écologisme qui oublie l’homme, l’emploi, le social. Certes les canuts ont disparu de Lyon et certains ateliers sont devenus des lieux artistiques. Mais on voit bien que la majorité des lyonnais ne sont pas devenus des artistes ! Et que la production de tissu reste une activité économique essentielle ! Malheureusement, elle a presque totalement disparu de notre région, et il faut payer cher en transport et en gaz à effet de serre pour cette logistique mondiale qui déplace les usines toujours plus loin.

Pour ce qui me concerne, je suis convaincu que la chimie, y compris la chimie du pétrole resteront des activités essentielles. D’ailleurs la sortie la plus rapide possible du pétrole pour le chauffage et les déplacements a justement comme enjeu de le conserver pour sa transformation chimique utile !

Enfin, on peut rêver d’être tous un "artiste", mais comme le chante si bien Lavilliers, nous, ouvriers, on veut travailler encore... Et dans nos métiers de la production, nous sommes des artistes !