La PPI de la métropole et la ville de Vénissieux

mercredi 15 juillet 2015
par  Pierre-Alain
popularité : 28%

Les élus du groupe communistes, parti de gauche et républicains de la métropole de Lyon, dont 5 élus Vénissians, se sont abstenus lors du vote de la programmation pluriannuelle des investissements du conseil métropolitain du 6 juillet.

Les élus socialistes Vénissians protestent sur leur blog, mais ils ne disent pas un mot sur les raisons de cette abstention. Il me parait donc utile d’apporter quelques explications, pas pour les élus socialistes, ils connaissent bien le sujet, mais pour les Vénissians qui pourraient s’interroger...est-ce que le torchon brule entre la métropole et la ville ?

Et bien, pour être direct, non ! Ville et métropole travaillent sur de nombreux dossiers, bien sûr des compétences métropolitaines "classiques" de la voirie ou de la collecte, mais aussi sur le développement de la ville, avec le dossier du Puisoz qui démarre, les études Urba-Gare qui vont se transformer en projet, la finalisation de la convention de renouvellement urbain "2", le PLU-H.... Les réunions de travail sont nombreuses et les dossiers vont se traduire comme dans le mandat précédent par de très nombreuses réalisations...

Mais ca n’empêche pas les élus Vénissians comme l’a expliqué Michèle Picard a plusieurs reprises, d’être libre dans la majorité métropolitaine, et donc de ne pas être lié dans l’exécutif. Sur chaque dossier, les élus Vénissians regardent ce qui est bon pour la ville, et votent en conséquence. C’est d’ailleurs un peu comme cela que procède aussi le maire socialiste de Villeurbanne, Jean-Paul Bret, qui a jugé utile d’avoir son propre groupe politique au conseil de métropole pour pouvoir peser sur les dossiers... Il a d’ailleurs réussi puisque de gros dossiers qui étaient un peu en souffrance dans le mandat précédent se sont accélérés pour les Villeurbannais.

Alors pourquoi les élus communistes et parti de gauche Vénissians se sont abstenus sur la PPI ?

D’abord parce que ce que ne dit pas le PS local, tout comme d’ailleurs tout ceux qui ont voté pour cette PPI, c’est qu’elle est en net recul sur le mandat précédent. Si elle passe de 3,2G€ à 3,5G€ officiellement, c’est en oubliant de compter les investissements du département dans le mandat précédent, de l’ordre de 1G€. Autrement dit, on passe de 4,2G€ à 3,5G€, une baisse de l’ordre de 15% ! Certes, c’est une contrainte imposée par les réductions des dotations de l’état, mais le résultat est le même... moins de projets.

Alors certes, la liste des projets est toujours aussi longue, mais c’est une liste sans montants, et tout le monde a bien compris que toute la liste ne serait pas réalisée. Elle est là comme une preuve que les demandes des villes sont bien prises en compte à la métropole. Par exemple, la place Ennemond Romand était déjà dans le plan de mandat du Grand Lyon en 2001, elle était déjà dans la PPI de 2008, et elle est de nouveau dans la PPI de 2014...cela dit, le projet n’a toujours pas commencé !

A vrai dire d’ailleurs, il y a quand même au moins un projet de la ville oublié dans cette PPI, la passerelle mode doux pour l’accès aux grandes terres, qui avait pourtant fait l’objet de pré-études les années précédentes...

Alors comment peut-on savoir ce qui sera réalisé ou pas dans cette liste ?

Enfin, au-delà de Vénissieux, les élus communistes n’ont aucun moyen de comparer cette PPI avec ce qui a été fait dans le mandat précédent. Y-a-t-il des inflexions sur certains sujets ? les priorités sont-elles modifiées ? Nous avions demandé un rééquilibrage entre les grands projets et les investissements de proximité ? Aucun élément de réponse. Nous avions demandé une étude sur l’équité territoriale de cette PPI, à partir du bilan du mandat précédent. aucune réponse...

Bref, une PPI en forte baisse, une liste ou on trouve (presque) tout mais sans savoir ce qui sera fait ou pas, et aucune analyse permettant de porter un jugement sur les priorités et l’équité territoriale ? Ca méritait bien une abstention !

Cette abstention est bien un message pour dire "on veut travailler sur les projets" de la ville ! On comprend les contraintes budgétaires de la métropole qui subit la même politique d’austérité gouvernementale que les communes, mais on aimerait que cette métropole agisse justement contre cette baisse des dotations. Le groupe communiste a d’ailleurs conclu son intervention en demandant au président ce qu’il comptait faire pour la journée d’action contre les baisses de dotation, organisée par l’association des maires de France en Septembre...

Peut-être les élus socialistes ont-ils un début de réponse ?


Commentaires

Brèves

21 juin 2015 - La "simplification" numérique...

Un article sur le rapport du conseil national du numérique qui décrit une France massivement connectée et des services qui ne sont plus vraiment publics, mais par contre tout numérique. .. Le (...)

25 mars 2015 - Pour le respect de la vie publique citoyenne

Communiqué de presse de la section PCF en réponse aux manipulations médiatico-jurdiques du candidat UMP à la recherche des voix du FN. "Christophe Girard candidat de l’UMP refuse le verdict des (...)

16 mars 2015 - Grami le diffamateur...

la dernière semaine de campagne électorale à Vénissieux se présente comme l’an dernier, au niveau du caniveau avec mensonges, manipulations, rumeurs et autres insultes...
Grami en est un des porteurs (...)

15 mars 2015 - Quand les populistes battent leur record... (bis)

suite d’un premier post sur les impôts...
Toujours dans ce débat télévisé de la campagne électorale de #Vénissieux, les candidats du FN, de la droite et du PS mentent sans vergogne sur le logement (...)

15 mars 2015 -  Quand les populistes battent leur record...

Dans un débat télévisé de la campagne électorale de #Vénissieux, les candidats du FN, de la droite et du PS battent tous les records de populisme. Michèle Picard est resté digne sans entrer dans des (...)