Si c’est vrai, c’est dans le progrès ?

jeudi 11 juin 2009
par  Pierre-Alain
popularité : 43%

Le slogan était connu, mais comme souvent, la publicité ne convainc que celui qui veut l’être... Alors, tout en respectant la liberté totale des journalistes, il faut faire vivre la liberté de critique... y compris de ce que disent les journalistes...

Sur cet article, je noterai au fur et à mesure mes réactions aux articles du Progrès non pas en général, mais uniquement sur les initiatives dans la ville auxquelles j’ai participé personnellement, quand je peux témoigner qu’il y a une erreur, un oubli, ou une déformation... de ce qui s’est passé...


Commentaires

Logo de Pierre-Alain
lundi 5 mai 2014 à 12h45 - par  Pierre-Alain

J’ai posté un premier commentaire sur le site du Progrès dans le ton de ce commentaire sur mon blog.

Le modérateur l’a rejeté avec ce commentaire

"Raison invoquée : "Attaque personnelle. Commentaire transmis au rédacteur."

J’ai donc repris ce commentaire en éliminant toute critique personnelle du journaliste, et en m’en tenant aux faits (les délégations aux adjointes femmes à Vénissieux)
il a de nouveau été rejeté avec ce commentaire

Raison invoquée : "Attaque personnelle (déjà refusé)"

Je fais une troisième et dernière tentative avec le commentaire ci-dessous

Surprenant de ne pas évoquer la situation originale de Vénissieux dans cet article, situation clairement contradictoire avec l’affirmation qu’il n’y aurait pas de femmes sur la sécurité ou l’urbanisme.

A Vénissieux, troisième ville du département, maire, première adjointe, sécurité, urbanisme... sont en effet des femmes... Et si les finances sont assurées par un homme, elles étaient depuis deux mandats détenues par une femme, et c’est un homme qui a remplacé une femme à la culture, délégation jugée "féminine" par cet article...

Ca ne méritait pas un encart sur "l’exception Vénissiane" ?

Et je me rends compte que j’ai oublié que non seulement les délégations sécurité et urbanisme sont détenues par une femme, mais le sport aussi, contrairement à cet article décidément inqualifiable !

Logo de Pierre-Alain
lundi 5 mai 2014 à 10h15 - par  Pierre-Alain

Le progrès du 3 Mai : Monsieur Rivet-Paturel, un menteur politicien ?

Ce 3 Mai, le Progrès a fait fort, une page entière sur la place des élues femmes dans les communes du Grand Lyon. Le thème : elles seraient dévalorisées dans des délégations de moindre importance, et exclues des finances, de l’urbanisme, de la sécurité...

L’article met en valeur la nouvelle femme maire de Décines, avec une adjointe aux finances... mais écrit que, hors ce cas particulier, même quand c’est une maire femme, celles-ci seraient "bloquées" dans des délégations sociales, scolaires...

On peut se demander pourquoi l’auteur, un certain Michel Rivet-Paturel, considère que l’école, l’action sociale ou la culture serait des délégations mineures, mais le plus grave est cette manipulation honteuse de ne rien dire de la situation de Vénissieux, troisième ville du département, ou non seulement le maire est une femme, mais la première adjointe aussi, de plus adjointe à l’urbanisme ! Mieux, depuis deux mandats, l’adjointe aux finances était une femme ! Et si cela a changé, la délégation à la culture, considérée par ce "journaliste" comme mineure est passée d’une femme à un homme...

Ce texte est un article de propagande indigne d’un journaliste professionnel !

Logo de Pierre-Alain
jeudi 3 octobre 2013 à 08h42 - par  Pierre-Alain

Dans le Progrès du 23 Septembre, plusieurs articles sur les nombreuses situations de division entre socialistes (Lyon, Villeurbanne, Bron) ou à droite (Charbonnières, Ste-Foy, Ecully...) et un commentaire du responsable du groupe SYNERGIE, Michel Reppelin, groupe de centre droit clé dans la majorité de Gérard Collomb au Grand Lyon. L’interview est titré "on ne veut pas être perfusés par les groupes politiques"... En fait, les centristes qui font traditionnellement les majorités Lyonnaises vont se retrouver devant un choix cornélien après les municipales...

Tant que le Grand Lyon était une intercommunalité, dans laquelle chaque commune compte pour elle-même, la majorité communautaire pouvait être considérée comme une majorité de coopération, rassemblement (presque) tout le monde. C’est ce que Gérard Collomb a réussi depuis 12 ans en faisant voter ensemble des communistes à une partie de la droite, et même les ex droite dure Milloniste...

Mais si demain la métropole se fait, elle ne sera plus une intercommunalité, mais une nouvelle collectivité de plein droit et sa majorité sera naturellement une majorité politique qui sera marquée par la structuration des majorités politiques gouvernementales et d’opposition... comme dans la plupart des communes...

Dans une métropole de plus d’un million d’habitants, cela serait même à coup sûr plutôt à couteaux tirés... comme à Paris par exemple. Dans ce cadre, le groupe SYNERGIE devra choisir... avec une majorité de gauche ou avec une majorité de droite ? On sait depuis les échecs de Bayrou que l’ailleurs n’existe pas, ils devront choisir... Et probablement que la majorité au final dépendra totalement de leur décision !

Bref, Michel Reppelin se trompe, il ne sera pas perfusé par les groupes politiques, il devra seulement dire s’il continue à perfuser la majorité de Gérard Collomb...

Mais si le groupe SYNERGIE veut vraiment continuer à "travailler pour l’intercommunalité", alors qu’il s’exprime clairement contre le projet de remplacer cette intercommunalité par une hyper-collectivité présidentialisée...

Logo de Pierre-Alain
jeudi 26 avril 2012 à 08h52 - par  Pierre-Alain

Un point de détail qui a son importance dans l’article du Progrès du 16 avril concernant la rue Ernest Renan. Si malheureusement, la ligne téléphonique sur le trottoir Nord de la rue ne sera pas enfouie, ce n’est pas parceque les modalités de l’opération seraient "compliquées" du fait de plusieurs gestionnaires. Au contraire, c’est assez simple et la responsabilité incombe entièrement à l’opérateur téléphonique qui se refuse à payer quoi que ce soit pour enfouir ses lignes téléphoniques.

Chaque année, la ville informe tous les opérateurs de réseaux pour profiter des chantiers de voirie afin d’enfouir ou de rénover des réseaux. ERDF et GRDF participent toujours et fort heureusement, celà conduit à coordonner certains chantiers. Mais les opérateurs téléphoniques (et là, pas de concurrence, ils sont tous sur un pied d’égalité comme mauvais élèves !), sont absents.

La question posée comme je l’ai expliqué lors de deux visites sur le terrain est bien celle du financement de l’enfouissement d’une ligne téléphonique. Pourquoi l’opérateur, qui fait partie de ces grandes sociétés du CAC 40 qui accumulent les milliards de profits, profiterait d’un enfouissement payé par la ville ?

D’autant que parallèlement, il décide travaux pour la fibre optique sans jamais répondre aux sollicitations de la ville ou du Grand Lyon pour avoir une vision à moyen terme de ce développement...

Peut-être ces articles de presse le feront réagir. En tout cas, comme convenu avec les riverains, j’ai de nouveau écrit à France Telecom au sujet de la rue Ernest Renan... A suivre...

Logo de Pierre-Alain
lundi 5 mars 2012 à 13h48 - par  Pierre-Alain

Un incendie à St-Fons ? Beaucoup de Vénissians et de Sainfoniards se sont inquiétés vendredi soir lorsqu’ils ont vu d’immenses flammes s’élever derrière les clochettes. De mon balcon, je me suis demandé un moment s’il pouvait s’agir d’un accident industriel ou routier sur le BUE. Prévenu, Christian Falconnet se rend sur place, mais la zone est inaccessible avec de très nombreux policiers et pompiers.

On apprendra plus tard que c’est un bâtiment de l’ancienne "école ouverte" qui a brulé, sans qu’on sache pour l’instant si c’était un incendie volontaire ou pas.

Mais ce qui est intéressant, c’est que cet incendie n’a eu droit qu’à quelques lignes dans le Progrès, pas une photo ! Ah, s’il avait eu lieu à Vénissieux, on imagine le choc des photos et le poids des mots !

Promis, je mettrai une photo en brève...

Logo de Pierre-Alain
vendredi 18 novembre 2011 à 08h30 - par  Pierre-Alain

Décidément, le chauffage est un sujet à la mode pour Le Progrès. Un titre à la Une suite à une discussion du conseil de quartier !

Mais le journal a bien raison de choisir ce sujet, car l’énergie est une question devenue vitale pour tout le monde, que ce soit quand on fait le plein avec un diesel qui atteint les 1,40€ ou quand on paie son chauffage.

Les habitants qui se chauffent au gaz ont vu le prix flamber de 25% en 18 mois, ne parlons pas ceux qui sont encore au fuel et qui regarde leur cuve en se demandant jusqu’à quand ils pourront éviter de se faire livrer... Ceux qui sont au chauffage électrique voient avec angoisse les annonces de +50% en 5 ans sur le prix de l’électricité... Les quelques chanceux qui se chauffent au bois font eux attention aux nouvelles règlementations d’émissions de poussières qui pourraient les obliger à de nouvelles dépenses sur leur installation...

Alors je suis pour ma part plutôt content que des habitants interrogent sur le niveau de chauffage. Car la ville propose depuis cet été aux bailleurs de travailler ensemble sur les consommations de chauffage, pour réduire progressivement les consommations.

Car la facture de chauffage repose sur trois éléments
- le prix de la chaleur. Pour le réseau de chaleur, ce sont les investissements décidés par la ville qui peuvent nous faire sortir des énergies fossiles dont le prix s’envolent. Plusieurs projets sont à l’étude pour dépasser 50% d’énergies renouvelables et j’espère que des annonces seront possibles en 2011.
- l’efficacité énergétique des installations et des batiments. Là, ce sont les bailleurs qui peuvent agir, et malheureusement, une isolation complète et performante suppose de très lourds investissement pour lesquels les HLM n’ont toujours pas de subvention ! Résultat, nos immeubles collectifs à) Vénissieux consomment toujours en moyenne plus de 200kWh/m2... alors que la règlementation 2012 pour les nouveaux batiments exige 50 Kwh/m2 !
- le comportement des locataires et leur demande de plus ou moins de chauffage. On sait que 1°C en moins représente 7% de la facture. On sait aussi qu’ouvrir ses fenêtres plus de 5 minutes a pour effet de faire baisser la température des parois (murs, meubles...) intérieure ce qui va faire tourner le chauffage pour rétablir la température. On sait aussi que certains immeubles ont des problèmes de régulation qui font que certains ont froid alors que d’autres ont chaud...

Donc, les locataires ont raison d’interpeller le bailleur et la ville pour réclamer le droit au confort et c’est justement l’occasion de se parler franchement sur le niveau de température souhaitable, qui a un lien direct avec la facture ! La règle est de 19°C dans les pièces de vie. Dans le cas du Monnery, la SACOVIV a effectivement appliqué cette règle cette année, en informant les locataires. Visiblement, la communication simple ne suffit pas et il faut organiser des rencontres avec les locataires pour tenir compte de la réalité ressentie, et en même temps expliquer à chacun l’enjeu de la bonne régulation du chauffage.

Cela permettra de faire la part entre la régulation technique, la température "de consigne" et le ressenti des locataires.

Certains locataire interpellent leur bailleur et la ville en ne parlant que de la facture. Au Monnery, c’était pour parler de la température. Si cela nous aide à s’organiser pour parler des deux en même temps, nous aurons fait un pas en avant pour mieux maitriser le chauffage urbain !

Donc ce titre du journal était une bonne idée. J’espère juste qu’il sera suivi d’autres titres sur les propositions de plan d’action avec les bailleurs que la ville propose... J’informerai les usagers du réseau de chaleur après une réunion avec les bailleurs ce 21 Novembre... Je contacterai bien sûr le Progrès pour lui permettre de poursuivre l’information sur ce sujet.

Logo de Pierre-Alain
dimanche 13 novembre 2011 à 22h54 - par  Pierre-Alain

Le Progrès se met aux titres racoleurs "le chauffage urbain fond sur le centre ville"... Brrr... on imagine la musique qui monte pour créer le suspense, les nuages qui s’amoncellent, le grand plan pour découvrir ce centre ville qui respire encore mais silencieusement, terré dans les maisons, voire dans les greniers ou les caves...

Quel est le risque majeur qui se profile ? Quelle catastrophe naturelle ? Quels AZF ou Tchernobyl se profile à l’horizon ?

Ah, c’est le réseau de chaleur qui va venir alimenter le nouveau quartier Romain Rolland et la maison du peuple entre autres...

Le journaliste a-t-il été marqué par l’intervention de l’UMP qui dénonçait au conseil municipal un réseau "collectiviste"... rebrrr... on sent le froid Sibérien qui arrive... il va falloir du chauffage !

Logo de Pierre-Alain
jeudi 27 octobre 2011 à 14h38 - par  Pierre-Alain

le Progrès du 13 Octobre évoque la réponse faite par la SECV à la question de la commission consultative des services publics tenues en Juin. La réponse très prudente était effectivement qu’il ne fallait pas attendre de baisse significative.

On peut cependant être un peu plus précis 3 mois plus tard. La baisse sur la consommation de chauffage à fin Septembre est importante, -27%, mais il faut tenir compte du financement de la nouvelle chaufferie gaz qui va augmenter le prix de l’abonnement. enfin, bien sûr, tout dépendra des moins de la température en Novembre et Décembre... et du prix du gaz.

On peut cependant espérer une baisse de l’ordre de 10% au total si l’hiver ne démarre pas avec un froid exceptionnel.

Résultat clairement en dessous des attentes. La ville ne peut que constater avec colère que ses efforts pour améliorer le réseau et réduire le coût du chauffage sont systématiquement annulés en un ou deux ans par l’augmentation des énergies fossiles.

Nous avons décidé la chaufferie gaz car le préfet nous imposait le respect immédiat de nouvelles normes d’émissions. Nous respectons donc les conditions environnementales. Mais nous avons signé cette chaufferie gaz avec un prix de 44€ pour se trouver 18 mois plus tard a un prix de 60€, aussi cher que l’était l’ancien CHV ! Si cela continue, le gaz va rejoindre le prix du fuel domestique !

La ville sollicite l’état pour bénéficier du plan chaleur sur des projets d’énergies renouvelables. Il y a urgence ! La crise et les guerres du pétrole aggravent le défi énergétique. Pour garantir le droit au chauffage, il faut créer les conditions d’investissements dans la biomasse ou les énergies fatales, comme la récupération de la chaleur produite dans les stations d’épuration.

Et il faut tout faire pour réduire les consommations d’énergie. La ville travaille sur ce sujet avec les bailleurs et le prochain conseil de transparence le 14 Décembre sera l’occasion d’annoncer un plan d’action pour cet hiver.

Logo de Pierre-Alain
dimanche 29 mai 2011 à 22h53 - par  Pierre-Alain

Le Progrès du dimanche 29 mai parle de la clôture de la semaine de la propreté. Le titre est un peu surprenant. Certes, j’ai dit au journaliste que le bilan était pour moi mitigé, avec de très bonnes initiatives et un message qui passe dans la ville, mais une mobilisation citoyenne qui reste insuffisante et en dessous de ce que la ville propose. Mais mitigé ne veut pas dire décevant !

Et je pense dommage de dévaloriser ainsi les efforts de tous ceux qui ont participé à la semaine.

A vrai dire, ce qui est décevant, c’est la très faible couverture journalistique du Progrès... Je remercie la journaliste qui m’a contacté pour avoir des informations sur la clôture et qui y a participé, mais c’est la seule initiative couverte ! Personne au conseil citoyen de lundi, personne au forum d’enfant, au défilé... Et même personne à l’inauguration des jardins partagés de la Darnaise qui réunissait Michèle Picard, maire de Vénissieux, Yvon Deschmaps, vice-président du Grand Lyon et Président de Grand Lyon Habitat, sans compter le président de Bioforce, sans doute plus de 10 élus de la ville et plus de 50 habitants du quartier...

J’ai même autorisé le Progrès à reprendre une photo sur mon blog pour leur permettre d’illustrer un article.

On voit les conséquences de la gestion privée de la presse, avec la suppression de l’antenne Vénissiane et la recherche de réductions de coûts, donc d’emploi...

Logo de Pierre-Alain
jeudi 31 mars 2011 à 14h07 - par  Pierre-Alain

Ce 25 mars, le Progrès fait écho au point de vue d’une habitante du quartier des Marronniers, suite au nouvel incendie d’une voiture à proximité. elle pense que "le quartier est laissé à l’abandon"... Or, si le journaliste prend la peine d’enquêter, il s’apercevra que dans ce quartier, le nombre de voitures brulées a fortement baissé, comme d’ailleurs dans toute la ville !
Et les travaux conduit par la ville pour le cadre de vie ne manquent pas, comme pour l’éclairage public entre autres. Ce 25 mars d’ailleurs, hasard ? je venais présenter aux habitants avec le conseil de quartier et son président Jean-Maurice Gautin, le projet de réaménagement de la rue Noblemaire, qui va devenir un espace de qualité, protégé de toute circulation, avec un stationnement mieux organisé sur les deux impasses qui resteront de l’ancienne rue de chaque coté de la nouvelle place... Une dépense totale de plus de 350 000€ entre la ville et le Grand Lyon... Pour un quartier délaissé, ça laisse rêveur !

Bien sûr, il reste de nombreux sujets de discussion, de problèmes à résoudre, d’aménagements à compléter... Mais c’est un quartier actif et vivant, en plein cœur de la ville entre plateau, centre ville et liaison vers St-Fons et le Moulin-à-vent...

Logo de Pierre-Alain
jeudi 10 mars 2011 à 20h36 - par  Pierre-Alain

Lors des fêtes de fin d’année, le Progrès avait déjà titré sur les voitures brulées... à Vénissieux, et il fallait lire dans les détails pour réaliser qu’en fait, seuls 3 feux concernaient Vénissieux sur les 17 voitures brulées... Il y en avait plus dans Lyon 8eme qu’à Vénissieux !

Faute de frappe ? Raccourci trop rapide ?

Cette fois, c’est encore plus gros... "JOURNEE DES FEMMES A VENISSIEUX POUR MARTINE AUBRY" titre le journal. En lisant l’article, on s’aperçoit que Martine Aubry était à Vaulx, à Bron, à Meyzieu et à la Croix Rousse... Mais personne ne l’a vue à Vénissieux, et pour cause, elle n’y est pas passé... ce qui est assez logique puisqu’elle se déplaçait pour les élections cantonales et que Vénissieux n’est pas concerné par cette élection en 2011 (les cantonales ont eu lieu à Vénissieux en 2008...)

Décidément, depuis que le journal a fermé ses antennes locales, il a du mal à s’y retrouver... A moins que certains ne soient obsédés par Vénissieux... ?

Logo de Pierre-Alain
samedi 12 février 2011 à 09h16 - par  Pierre-Alain

Le Progrès relate la visite du préfet de région dans Vénissieux. Visiblement, c’est un fervent admirateur de l’ex-ministre Borloo, et quand Henri Thivillier évoque l’intérêt de la biomasse comme source de chaleur, le préfet reprend en se tournant vers les journalistes pour se féliciter que... la chaufferie bois permette à Vénissieux de gagner 30% sur le prix de la chaleur...

Malheureusement, si le prix de base de la chaleur bois est effectivement en moyenne 50% plus basse que le fuel en ce moment et 30% que le gaz, il faut tenir compte de l’investissement, et selon le niveau de subventionnement par l’état, le résultat final est très différent. Si la filière énergie bois était subventionné au même niveau que le photovoltaïque ou l’éolien, alors on aurait des chaufferies bois partout [1]...

C’est d’autant plus important que dans le cas de Vénissieux, tout le monde sait que pour l’instant, le bilan économique final va dépendre des résultats de l’action en justice pour le coût de la reconstruction !

Enfin, j’espère que le préfet a noté les projets de la ville, une deuxième chaufferie bois qui ferait de Vénissieux un réseau de chaleur exemplaire au plan social comme environnemental, une extension en centre ville qui accompagnerait le projet "coeur de ville"... ces deux projets étant fortement dépendant du niveau de subvention du plan chaleur... dont on dit qu’il ferait peut-être les frais de la politique de rigueur contre les salaires et les services publics conduite par le gouvernement que représente ce préfet...

Logo de Pierre-Alain
jeudi 25 novembre 2010 à 16h30 - par  Pierre-Alain

Une grosse boulette journalistique dans le Progrès du 17 Novembre !

Le journal annonce que la ville aurait "déjà obtenu réparation" des importants surcoûts de reconstruction de la chaufferie...

Malheureusement pour la ville et ses habitants, il n’en est rien du tout ! La ville a agit en justice contre le responsable désigné par l’expert et elle suit avec attention cette affaire. L’entreprise CRYSTAL a évidemment transmis sa défense, la ville et ses avocats ont fait une première réponse confirmant les éléments confortant la demande de réparation de la ville.

Nous avons même tenté sans succès une action en référé. Il nous paraissait possible en effet que le juge considère le préjudice certain et le responsable suffisamment désigné par l’expert. Mais il faudra attendre le jugement au fonds, car devant l’importance du dossier, le juge n’a visiblement pas voulu répondre positivement à la demande de la ville sans débat au fonds.

Ce qui est donc certain, c’est que c’est une affaire qui prendra du temps. Cela dit, ce n’est pas une raison pour ne pas s’en occuper. Et si la ville est en justice pour retrouver la plus grande part possible du coût de la reconstruction.

Et pour ce qui concerne le surcoût payé par les abonnés, dont la ville, c’était justement le sujet de discussion du conseil de transparence de la chaufferie. Pour l’instant, seulement 5 bailleurs et syndics sont partants... C’est peu et pour avoir des chances raisonnables de gagner, il faudrait bien sûr que la presque totalité aillent en justice...

Dans le même article, le journal évoque une "dérogation" dont bénéficierait la ville pour le combustible CHV. Il n’y a aucune dérogation ! Simplement, la ville a montré son plan de travail et la réalité de ses engagements pour respecter totalement la réglementation des rejets au plus vite, et tous les services de l’état constatent qu’il n’est pas possible techniquement d’aller plus rapidement. D’ailleurs, le dossier de la chaufferie gaz est actuellement en attente d’une décision... du DREALE, le service concerné de l’état.

Logo de Pierre-Alain
mercredi 3 novembre 2010 à 18h43 - par  Pierre-Alain

Le progrès du 25 Octobre fait état de la discussion au conseil de communauté sur le remplacement de la taxe professionnelle. Gérard Collomb a en effet présenté les dernières estimations qui conduisent à un manque de 24M€ sur les 585M€ attendus théoriquement en 2011 par le Grand Lyon en remplacement de la taxe professionnelle.

La droite a évidemment défendu la position du gouvernement en assurant qu’il ne manquerait rien et le débat peut paraitre réservé à des spécialistes. L’article du Progrès ne fait que reprendre les arguments principaux de cet échange très consensuel...

Car tout le monde peut se rendre à l’évidence, le gouvernement va calculer les compensations au plus juste, et surtout, la taxe professionnelle évoluait avec l’économie, donc en augmentation au même rythme que l’activité des entreprises, alors que le gouvernement décidera des taux de compensation comme pour toute dépense en cherchant à les réduire dans le temps pour réduire les déficits. Donc le Grand Lyon, comme toutes les collectivités locales, doit s’inquiéter...

Sauf que cela n’a rien de surprenant puisque ce sont les objectifs officiels de la réforme des collectivités en cours de finalisation au parlement, réforme que Gérard Collomb s’empresse de préparer en activant de nombreuses réunions pour la création de la métropole...

Et surtout, il y a un secret bien gardé dans cette suppression de la TP. Si le Grand Lyon doit augmenter finalement la taxe d’habitation de 10 ou 20 millions, ce seront effectivement des impôts en plus pour les ménages. Mais dans le même temps, les entreprises du Grand Lyon auront elle gagné près de 200M€ ! En effet, de leur point de vue, la taxe professionnelle qui devait leur couter 585M€ est remplacé par la "contribution sur la valeur ajoutée", dont le taux est défini par l’état et qui est évalué à 127M€ et par la "contribution foncière des entreprises", dont le taux est défini par la collectivité, et qui devrait représenter 166M€. Les opérateurs de réseaux auront eux une petite taxe complémentaire qui représenterait 12M€... Au total, la contribution des entreprises de l’agglomération au financement de la collectivité passe de 585 à 307M€ ! Excusez du peu ! Un cadeau de 278M€ !! Et ce seront principalement les ménages qui compléteront à travers la taxe d’habitation du département, ou le budget de l’état, c’est à dire la TVA, les impôts sur les revenus...

Et personne n’a trouvé le temps d’en parler dans ce conseil de communauté alors que presque tous les groupes sont intervenus sur ce sujet...

J’avais pourtant déjà souligné ce fait dans un article récent...

Cette société est vraiment malade quand elle laisse les inégalités s’aggraver ainsi, quand tout est fait pour concentrer l’argent là ou il est déjà, dans les entreprises !

Et un journal comme le Progrès est vraiment inutile quand il en reste aux échanges politiciens sans faire d’effort d’investigation qui lui permettrait pourtant des révélations fortes...

278 millions de cadeaux fiscaux aux entreprises du Grand Lyon !

Ca, ce serait du titre !

Logo de Pierre-Alain
jeudi 14 octobre 2010 à 10h49 - par  Pierre-Alain

le Progrès du 6 octobre fait état de la présence de caravanes de gens du voyage sur le parking de la déchetterie, suite à la fermeture provisoire de l’aire d’accueil pour travaux après 4 ans de fonctionnement.

Mais l’article n’évoque pas les difficultés générées par ce stationnement sauvage. Car s’il était logique de chercher une solution provisoire pendant les travaux, on se demande bien qui l’a décidé et avec quel accompagnement. Les riverains ont plutôt eu l’impression d’une installation sauvage, qui plus est avec nettement plus de caravanes que dans l’aire d’accueil.

Le résultat a été vite vu par les riverains... et les services de la ville et du Grand Lyon chargé de l’entretien des voiries et des espaces publics... Sacs poubelles éventrés sur la rue, déjections sur les bords d’espaces verts, notamment le long du stade...

Je remercie d’ailleurs les services de la propreté du Grand Lyon que j’ai contacté en apprenant que cette installation allait durer jusqu’à la réouverture de l’aire (prévue le 23 Octobre). Dans la semaine, les choses se sont améliorées avec une prestation supplémentaire de nettoyage.

Mais c’est un nouvel exemple du besoin de coordination entre les différents services du Grand Lyon et entre collectivités. Car si la décision d’installations provisoire peut se justifier du point de vue du gestionnaire de l’aire d’accueil, il fallait que les autres services publics soient informés pour anticiper la gestion de ce campement provisoire.

La ville de Vénissieux a été une des premières à ouvrir son aire d’accueil dans le cadre du programme de la communauté. La loi le rend obligatoire, et c’est évidemment la condition pour supprimer les campements sauvages, et permettre un travail avec les familles concernées sur l’environnement des aires, la propreté, la collecte des déchets... Reste que si toutes les communes l’avaient fait, on aurait trouvé des solutions provisoires plus adaptées pendant les travaux à Vénissieux...

Logo de Pierre-Alain
dimanche 4 juillet 2010 à 23h39 - par  Pierre-Alain

Le progrès a fait état de la rencontre Avenue Marcel Sembat que j’ai organisé avec les services du Grand Lyon.
Le titre est un peu accrocheur, mettant en avant les 4 arbres abattus, même si le texte de l’article précise un peu plus loin que ces arbres étaient malades, et même pour certains dangereux, comme le montre les photos que j’ai prises.

D’ailleurs, la rencontre a montré que les techniciens du Grand Lyon sont bien des défenseurs des arbres et ne proposaient dans ce projet d’en abattre que pour des raisons concernant les arbres eux-mêmes... aucune place de parking supplémentaire, ni lampadaire ou chaussée...

Et je veux souligner, que, contrairement a ce que peut faire penser l’article, les relations avec le Grand Lyon ont été sur ce dossier parfaites. Les services ont légitiment étudié un projet, dont le budget était prévu en accord avec la ville. Le traitement des arbres étaient une conséquence de cette étude. Dès ma demande, la réunion sur place a été organisée, et ce ne sont pas moins de 3 personnes du Grand Lyon qui se sont déplacées, et qui ont bien écouté les commentaires, et même modifié un aspect de leur proposition, en conservant un arbre de plus, bien que très proche d’un autre.

Et chacun sait que je n’hésite jamais à exprimer les critiques qui me semblent justifier sur la manière dont le Grand Lyon travaille avec les communes ! Dans ce cas, donc, c’est un vrai remerciement qui me semble justifié.

Logo de Pierre-Alain
lundi 14 juin 2010 à 22h39 - par  Pierre-Alain

Le Progrès du 8 juin fait un compte-rendu de la rencontre du conseil de surveillance et de transparence de la chaufferie urbaine sur deux dossiers sensibles.

Pour l’action en justice, le compte-rendu n’évoque pas la proposition de la ville de créer une association de défenses des abonnés et usagers. C’était la proposition principale sur le premier point à l’ordre du jour, et qui faisait suite à un double constat :
- les causes de la défaillance de la chaufferie bois construite en 2005 sont identifiées par le rapport d’expertise et le principal responsable est la société Crystal et ses sous-traitants.
- le montant total de préjudice lié au coût trop élevé du chauffage dépasse les 3M€ !

Bien entendu, seuls les abonnés peuvent porter plainte pour faute... C’était la question mise en débat. Nous verrons comment les différents syndics et bailleurs y répondent.

Concernant le deuxième point à l’ordre du jour, le journal privilégie une information spectaculaire sur le différent avec le préfet. Pourtant, il faut dire que s’il y a bien une difficulté entre le point de vue des services de l’environnement du préfet et la ville, il ne faut pas oublier que le plan de travail de la ville a été clairement validé par ces mêmes services.

La ville avait fait réaliser une étude pour trouver comment être le plus indépendant du pétrole possible, autant pour des raisons environnementales que sociales. C’est cette étude qui a été présenté au préfet ce printemps. Passage au gaz d’une des chaudières fuel lourd et étude d’une deuxième chaufferie bois, les deux projets présentés étaient significatifs de l’engagement de la ville pour un réseau de chaleur exemplaire pour le coût comme pour les rejets.

C’est d’ailleurs une constante des efforts de la ville, puisque la ville a fortement réduit les rejets de poussière depuis 1995...

Donc, certes, il y a différent, car certains voudraient que tout soit fait avant le prochain hiver... Et comme c’est techniquement impossible, ils vont un peu vite en considérant qu’il suffirait de payer 3M€ de plus en chauffage en remplaçant le CHV par du fuel domestique.

Mais ce différent sera, on l’espère, résolu après la prochaine délibération du conseil municipal. Et il porte sur l’agenda d’un plan de travail qui est par ailleurs considéré comme le meilleur possible par tous les partenaires, y compris les services environnement du préfet...

Logo de Pierre-Alain
lundi 14 juin 2010 à 22h20 - par  Pierre-Alain

dernière minute... une copropriété du quartier Parilly a contacté la ville pour ce projet expérimental de compostage en habitat collectif... On va pouvoir étudier un cas concret, avec des habitants volontaires

Donc, c’est vraiment... sans attendre !

Logo de Pierre-Alain
mercredi 9 juin 2010 à 14h15 - par  Pierre-Alain

Le Progrès du 4 Juin 2010 évoque la délibération du conseil municipal sur les composteurs disponibles pour les habitants au prix de 16€. L’article contribue utilement à faire connaitre cette initiative aux Vénissians intéressés. Mais il se conclu par une erreur, sans doute inspirée par la question de l’élue d’opposition G. Soudan qui proposait que des composteurs soient proposés en habitat collectif.

Je n’ai pas répondu que la ville l’envisagerai "à l’avenir", mais au contraire que la ville cherchait déjà un petit immeuble candidat pour faire une expérience dès que possible... J’ai eu l’occasion d’ailleurs d’en discuter avec plusieurs personnes intéressées pendant la semaine de la propreté, mais cela demande plus qu’une personne volontaire ! Il faut un petit groupe, 3 ou 4 par exemple sur un immeuble de 30 ou 40 logements... et nous savons tous que ce n’est pas facile de faire vivre une démarche collective...

Mais la ville est prête... sans attendre !

Logo de Pierre-Alain
samedi 15 mai 2010 à 12h58 - par  Pierre-Alain

Le Progrès évoque ce 9 mai ma présence le jeudi matin sur des points de collecte du tri sélectif pour évaluer la qualité du tri et sensibiliser à la nécessité d’améliorer en quantité et en qualité cette collecte destinée au recyclage.

L’article donne de nombreux éléments utiles, mais insiste plus sur les difficultés que sur les réussites. Bien sûr, chacun peut voir la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine selon son humeur, mais il est tout aussi important de montrer les bonnes pratiques, les efforts faits dans de nombreux endroits par les collectivités, les bailleurs et les habitants, que de montrer les mauvaises habitudes, voire les délits comme les dépôts sauvages.

Or l’article ne cite qu’à la fin et brièvement l’information qui me semble la plus importante. Dans le quartier populaire de la Sacoviv Max Barel, le bailleur et les habitants montrent qu’on peut être dans les meilleurs de l’agglomération ! Avec 15 à 16% de taux de rejet depuis la mise en place des "bacs operculés" avec un gros travail d’information et de sensibilisation de la Sacoviv, ce quartier fait deux fois mieux que la moyenne du Grand Lyon !

Certes, ce n’est pas encore le cas partout à Vénissieux, et la semaine de la propreté sera l’occasion d’en discuter, mais la ville travaille avec le Grand Lyon pour généraliser les bonnes solutions, et a récemment relancé le projet de "bacs semi-enterrés" qui a montré son efficacité à Rillieux.

Le titre de l’article aurait donc pu mettre l’accent sur le fait que tous les partenaires agissent dans le bon sens... Pourquoi pas "un retard qui se réduit !"...

D’ailleurs, le terme retard est ambigu... car il ne sert à rien de comparer des résultats dans des contextes très différents, un peu comme si on comparait un sportif régional à un champion international... Dans notre cas, il est clair que le tri sélectif est beaucoup plus facile dans les zones résidentielles que dans l’habitat collectif, ce qui défavorise les banlieues Est sur les banlieues Ouest, indépendamment des difficultés sociales... D’ailleurs, les agents du Grand Lyon nous dise par exemple que Lyon 6eme a de très mauvais résultats !

Donc, personnellement, je mets l’accent sur la possibilité des sanctions contre les comportements inciviques de la propreté, non pour voire la bouteille à moitié vide, mais pour valoriser et défendre tout ce qui se fait pour transformer une collecte des déchets qui étaient considérée comme sans valeur et aux marges de la société, en une activité essentielle au cadre de vie favorisant une co-responsabilité sur la consommation et ses suites, le recyclage, le compostage, bref, la valorisation des déchets... bref, pour que chacun puisse voir qu’on peut remplir la bouteille ensemble...

Brèves

21 juin 2015 - La "simplification" numérique...

Un article sur le rapport du conseil national du numérique qui décrit une France massivement connectée et des services qui ne sont plus vraiment publics, mais par contre tout numérique. .. Le (...)

25 mars 2015 - Pour le respect de la vie publique citoyenne

Communiqué de presse de la section PCF en réponse aux manipulations médiatico-jurdiques du candidat UMP à la recherche des voix du FN. "Christophe Girard candidat de l’UMP refuse le verdict des (...)

16 mars 2015 - Grami le diffamateur...

la dernière semaine de campagne électorale à Vénissieux se présente comme l’an dernier, au niveau du caniveau avec mensonges, manipulations, rumeurs et autres insultes...
Grami en est un des porteurs (...)

15 mars 2015 - Quand les populistes battent leur record... (bis)

suite d’un premier post sur les impôts...
Toujours dans ce débat télévisé de la campagne électorale de #Vénissieux, les candidats du FN, de la droite et du PS mentent sans vergogne sur le logement (...)

15 mars 2015 -  Quand les populistes battent leur record...

Dans un débat télévisé de la campagne électorale de #Vénissieux, les candidats du FN, de la droite et du PS battent tous les records de populisme. Michèle Picard est resté digne sans entrer dans des (...)