Un portail et c’est tout ?

vendredi 2 décembre 2011
par  Pierre-Alain
popularité : 24%

La question de l’entrée unique ou pas du groupe scolaire Henri Wallon est toujours d’actualité. Plusieurs parents qui s’étaient mobilisés à la rentrée contre la fermeture du portail coté Cachin ont participé au conseil de quartier ce mercredi 30/11.

C’est une nouvelle étape dans un dialogue avec l’ensemble des acteurs pour un projet qui repense les circulations entre l’école et le quartier. C’est donc une bonne chose que le sujet soit discuté en conseil de quartier et j’ai confirmé le groupe de travail annoncé en conseil d’école et prévu le 15/12 prochain.

Mais j’avoue que je reste encore surpris par le lien qui est fait par certains entre le portail et toutes les autres questions de l’école, dont la plupart relèvent de décisions de l’éducation nationale... et par le silence fait sur les choix de la ville, presque unique dans l’agglomération pour la défense de l’école maternelle dès 2 ans, le droit à la cantine pour tous...

La seule question qui fait réagir est celle du portail, rien d’autres du conseil de quartier ne semble valoir le coup... Quelle idée de la réalité pourrait se faire un observateur extérieur ne connaissant pas le quartier et écoutant les réclamations portées par les parents présents ?

- une école ouverte aux parents ? C’est vraiment seulement une question de portail ? Les centaines d’écoles dans toute l’agglomération qui n’ont qu’une seule entrée sont-elles des écoles fermées ? Franchement, quel rapport ? L’école est ouverte si l’éducation nationale donne les moyens à une équipe enseignante motivée pour construire ce lien essentiel entre les familles et l’école, lien difficile car pour certains, l’école est un souvenir d’échec, de sélection, de différences sociales ! Difficile car si les parents des quartiers populaires voient l’école comme une chance pour permettre à leurs enfants de s’en sortir, les enfants savent d’instinct, et d’ailleurs tout le monde le sait bien, que l’école joue de plus en plus mal ce rôle d’ascenseur social, qu’elle est de plus en plus une machine à reproduire les inégalités et les ségrégations !

Donc, il suffirait d’ouvrir un portail pour avoir une école ouverte ? et il suffirait d’en fermer un pour que le travail enseignant-parent soit interdit ? C’est la ville qui est responsabilité de la relation école-parent ?

- des moyens de la ville insuffisants pour l’école ? Evelyne Beroud, conseillère municipale mais aussi institutrice à Vénissieux s’étonnera avec stupeur ! elle sait bien ce qui se fait depuis toujours à Vénissieux pour l’école et très souvent ce qui ne se fait pas ailleurs. Elle dira qu’on peut toujours bien sûr vouloir plus, qu’il peut y avoir des choses à améliorer, mais qu’il n’est pas correct de ne rien dire de la somme des crédits alloués aux écoles, des moyens matériels mis à disposition des équipes pédagogiques pour leurs activités et de l’engagement de la ville pour le droit à l’école en général.

J’ai dit au conseil d’école que nous ferons le point des financements existants, car c’est la première fois qu’une école dit ne pas pouvoir acheter un livre de lecture par enfant de CP. Ce problème ne restera pas sans réponse, et si des décisions doivent être prises, elles le seront dès 2012, car l’école primaire est une priorité absolue de la majorité municipale.

On sait d’ailleurs que la ville a longtemps seule, défendue le droit à la maternelle, contre les ministres qui venaient défendre les crèches privées, contre même certains enseignants qui refusaient d’inscrire les enfants de 2 ou 3 ans.

La ville continue à s’organiser pour que tous les enfants aient droit à la cantine, alors que tant d’autres villes exigent que les deux parents travaillent...

donc, s’il y a des améliorations à apporter, elles le seront, mais comment laisser croire que ce serait le problème prioritaire de l’école !

- la réussite scolaire des enfants ?

Il est légitime que des parents s’inquiètent devant le divorce entre les discours des médias et la réalité vécue. Quand on écoute les ministres et les journalistes à la télé, on apprend qu’il est essentiel que les enfants fassent de l’anglais très tôt, que le gouvernement a mis en place un programme pour cela, mais personne ne dit avec quels moyens concrets les instituteurs doivent le faire, et personne ne dit que le gouvernement a supprimé deux heures de classe par élève ! Et si des enfants de Henri Wallon n’ont pas encore fait d’anglais, ce serait la faute de la ville ? Comment les institutrices peuvent laisser dire cela ! l’action militante est indispensable et légitime, mais pour qu’elle soit un progrès pour ceux qui la mène et pas une impasse, il faut qu’elle travaille à une réelle prise de conscience des enjeux, des responsabilités, pour être sûr de taper au bon endroit, de cibler clairement ceux qui ont le pouvoir de décider. Dans le cas de la réussite scolaire des enfants, il faut le répéter avec force ! L’éducation nationale accompagne depuis des années une politique de ségrégation sociale, cachée derrière un discours médiatique toujours plus éloigné des réalités, et la ville aide autant qu’elle le peut ceux qui résistent.

Oui, il manque des enseignants, des dizaines de milliers de postes ont été supprimés ! Oui, il faut plus d’aide au devoir, de soutien scolaire aux enfants en difficulté, mais justement, ce gouvernement supprime tous les RASED, et peut-être que le poste existant à Henri Wallon vit sa dernière année. Comment ne pas expliquer clairement aux parents que c’est sans doute la première des revendications à porter en direction de l’éducation nationale !

alors, un portail et c’est tout ?

Je comprends que la fermeture du portail ait fait réagir. Mais c’était pour moi une décision mineure, qui ne concernait en rien la politique de l’école, la qualité de la relation parent-enfant, qui répondait à une demande de l’éducation nationale et impliquait simplement un nouveau cheminement piéton qui au maximum pour les familles les plus éloignées représentait 300m de marche de plus qu’avant. Comme plus des 2/3 des enfants arrivaient déja par la rue Komarov, cela n’avait pas non plus de conséquences significatives sur la sécurité de ce coté, d’autant que des aménagements avaient été acceptés par le Grand Lyon.

Cependant, avec Christian Falconnet, nous avons entendu les critiques, nous avons rouvert ce dossier et nous proposons une démarche sérieuse pour mettre tout sur la table, sans interdire des travaux significatifs si nécessaire, et en associant l’école, les parents et le quartier dès le début de la réflexion. Quand à la situation provisoire que certains refusent totalement, nous avons dit que le groupe de travail fera la bilan du fonctionnement actuel. Mais personne n’a de baguette magique, et personne ne peut faire comme si une question n’avait pas été posée par l’éducation nationale sur la sécurité de l’accès à l’école.

J’espère que nous arriverons à sortir d’un dialogue qui prend parfois un coté surréaliste [1], et que les enseignants et les parents pourront aussi regarder les autres questions scolaires, dont beaucoup de questions essentielles, que ce soit avec un ou deux portails.


[1quand un père d’élève se permet de faire une comparaison entre les rapports ville-parent et les rapports Veninov-salariés licenciés, on est vraiment dans le populisme médiatique, sans compter la méconnaissance de la violence subie par les salariés de Veninov, toujours chômeurs à ce jour...


Commentaires

Logo de Pierre-Alain
mardi 6 mars 2012 à 21h49 - par  Pierre-Alain

Une nouvelle réunion du groupe de travail s’est tenue ce 6 Mars. Elle a pris connaissance du résultat du travail réalisé entre les services, l’école et les parents. Il repose sur la création d’un espace séparé du périmètre du groupe scolaire qui donne accès à un parvis d’attente avec les entrées des deux écoles, maternelles et primaires.

Plusieurs points précis ont été discuté, la circulation de la maternelle à la cantine, la gestion des portails extérieurs qui ne seraient donc plus les portails de l’école, mais seraient sous la responsabilité de la ville qui les ouvriraient en journée...

A priori, le projet semble répondre aux besoins de tout le monde, même si certains se demandent toujours si le retour à la situation précédente ne serait pas finalement possible.

Après discussion, la réunion s’est conclue sur quelques jours pour faire connaitre le projet et recueillir toutes les remarques.

Si l’ensemble des acteurs, équipes enseignantes, éducation nationale, parents... valident ce projet, il pourrait être réalisé pour la rentrée prochaine.

A suivre donc

Logo de Pierre-Alain
dimanche 11 décembre 2011 à 13h47 - par  Pierre-Alain

Franchement, personne ne prend personne pour un imbécile, et surtout pas pour quelqu’un qui ne s’intéresse pas à l’école. Mais ça ne veut pas dire qu’il ne faut pas se parler franchement. La ville a ré-ouvert le dossier, un groupe de travail va se mettre en place sur cette question précise de l’accès à l’école. Nous ferons le bilan du fonctionnement actuel, avec l’avis de tous les acteurs, dont l’éducation nationale, car c’est bien elle qui dit si telle ou telle organisation de l’entrée lui permet ou non de jouer son rôle. Et l’objectif est bien de répondre à la fois à la nécessité du lien entre parents et enseignants, et plus généralement école et quartier, mais aussi à la tranquillité d’esprit de tous, parents, enseignants et... direction de l’école.

J’espère que ce groupe permettra de trouver une solution qui réponde à ces deux objectifs, et donc à comprendre les deux... J’espère aussi que ça permettra de consacrer du temps à d’autres questions... qui pour moi peuvent toutes concerner le conseil de quartier. Je pense même que si le stationnement est une question légitime, il y en a beaucoup d’autres importantes. Je me souviens par exemple il y a 4 ou 5 ans d’une rencontre très utile du conseil de quartier avec l’école Jean Moulin après les incendies de voitures dans la cour de l’école. Les discussions avaient porté sur ce qui compte le plus pour les familles, le rôle que l’école peut jouer pour ouvrir une perspective aux enfants, justement pour un autre avenir que celui de la violence de la rue. A l’époque cela avait aussi conduit à discuter par exemple de la bibliothèque Pyramide...

Et je n’ai pas oublié la question du budget, et comme annoncé au conseil d’école, la ville donnera plus d’informations comparatives pour en discuter, car Henri Wallon est la première école à dire qu’elle ne peut acheter un livre de lecture par enfant de CP. Ce n’est pas une situation normale et encore une fois, s’il faut prendre des décisions, nous les prendrons dès 2012.

Je n’ai pas oublié non plus le poste RASED. Et je suis content que vous l’évoquiez. Je l’avais fait au conseil d’école, mais pour l’instant, je n’ai entendu personne en parler, annoncer de démarche pour le défendre, alors que je crains qu’il ne soit menacé pour la rentrée prochaine.

Si la ville organise les conseils de quartier, ce n’est évidemment pas pour ne pas parler des questions concrètes qui la concernent, ce serait stupide de sa part, il vaudrait mieux ne pas le faire ! Mais par contre, l’objectif est bien de permettre la mobilisation collective des habitants qui ne sont pas que des "consommateurs" des services de la ville, mais des citoyens qui ont besoin d’intervenir sur tous les sujets. Que ce soit sur l’emploi comme le fait le conseil de quartier Jules Guesdes, ou sur le transport comme Joliot-curie ou Max Barel... L’école est peut-être après l’emploi, le sujet le plus important pour nous. Pour prendre un exemple qui n’est pas spécialement du quartier, la ville propose que la reconstruction du lycée Jacques Brel soit l’occasion d’aider au projet pédagogique de l’équipe enseignante, pour obtenir de nouvelles filières, de nouveaux diplômes... Pour moi, c’est un sujet qui concerne tous les parents, et compte tenu de son importance pour la ville, il peut être discuté en conseil de quartier...

Logo de Mme Essid
vendredi 9 décembre 2011 à 13h22 - par  Mme Essid

bonjour,

s’il vous plait Mr Millet ne faites pas passer les parents de cette école pour des imbéciles qui font passer leurs envies avant le bien être, la sécurité et l’éducation de leurs enfants.
je suis délégué des parents d’élèves de l’école henri wallon et je peux vous certifier que la scolarité de nos enfants nous préoccupe énormément. Le portail ce n’est pas tout ! Ce n’est pas notre seule bataille, nous aimerions également des livres pour nos enfants, plus de moyens, des rased ....
Seulement ses autres questions ne concernent en rien le conseil de quartier, c’est pourquoi nous ne vous en avons pas parlé.
je vous signale également que le portail unique pose des problèmes à plusieurs niveaux :
- la fermeture avenue marcel cachin oblige nos enfants à passer au milieu du quartier qui n’est pas du tout sécurisé les voitures circulent et se garent n’importe comment.
- nos enfants sortent de l’école plus tard puisque les instituteurs sont obligés de les accompagner jusqu’au portail
- le temps de l’aide personnalisée est divisée par 2 à cause des allers retours des instituteurs (de l’école au portail puis du portail à l’école)
- il y a moins de contacts avec les instituteurs également
- sans parler de l’interphone qui a été installé auquel personne ne répond. la plupart du temps les parents sont obligés d’attendre un bon moment avant que l’on veuille bien leur ouvrir le portail
vous voyez donc que cette question de portail n’est pas si simple et désuète comme vous voulez le faire entendre.

Logo de Pierre-Alain
jeudi 8 décembre 2011 à 18h41 - par  Pierre-Alain

pour poursuivre utilement la discussion, on peut sans doute dire ensemble que le coté technique de la fermeture du portail n’est pas ce qui est déterminant, et que c’est le sens qu’on peut lui donner dans la relation entre parents et école qui est importante.

Mon article avait justement pour but de montrer qu’il y a, au delà de la question du portail, des questions plus fondamentales sur la place de l’école dans la ville, la place des parents dans l’école, que partagent justement la grande majorité des parents et des enseignants, avec la majorité municipale et le maire de Vénissieux.

Nous avons donc bien décidé de ne pas fermer la discussion, mais de trouver une bonne solution technique à la question du portail, et j’espère que cela permettra d’avoir une vraie mobilisation de tous les acteurs sur toutes les questions décisives de l’école, le droit à l ’école dès 2 ans, le droit à la restauration pour tous, les moyens en enseignants et en budget pour la réussite de tous... autant de question où nous avons besoin de nous retrousser les manches face à un gouvernement qui ne connait qu’une seule règle... la réduction des dépenses publiques, l’austérité...

Je pense qu’il y a par exemple urgence à défendre notre poste RASED qui est menacé comme tout les emplois supplémentaires qui avaient été créé pour aider nos enfants !

mercredi 7 décembre 2011 à 21h36

bonsoir, c’est vrai vous avez très bien exprimé votre opinion : un portail et c’est tout ? celà prouve une seule chose à mon point de vue c’est que vous n’êtes intéressé que par le coté technique de la question le reste n’est pas très important comme si toute la problématique se réduisait au 300 mètres supplémentaires que les familles doivent supporté en plus.
Je m’arrête comme même sur le fait que madame le maire de vénissieux est très active et je salue son soutien aux parents d’éléves pour que les enfants de vénissieux souffrent moins des décisions du gouvernement actuel en ce qui concerne l’éducation. Par ailleurs je vous invite à écouter les eneignants aussi, ils réussiront peut être à vous expliquer pourquoi il y’a moins de contact avec les famille et d’autres conséquences de cette "crise voulue" auquelles vous n’avez pas pensé, faîtes le au nom de la démocratie car y’a pas que la direction qui doit être écoutée, encore prouvez que vous écoutez tous les acteurs concernés dans cette "affaire" sinon on pensera ou au moins moi que vous avez répondu oui aux souhaits d’une seule personne et ça veut dire ce que ça veut dire.

Brèves

28 août 2015 - les cigognes sont de retour !

Nous sommes encore en Aout, et les premières cigognes ont déja fait leur apparition dans le ciel Vénissian, et comme en 2012, elles cherchent peut-être une halte sur les immeubles de mon quartier... (...)

10 juin 2015 - soutien aux agents de première ligne

Dans le cadre de mes visites de site comme adjoint au logement, je devais rencontrer un directeur d’agence le 2 Juin, mais il m’annonce qu’il doit en urgence porter plainte pour une agression qui (...)

7 février 2015 - Visite de la chaufferie

La délégation du maire de Jénine a visité la ville ce lundi et mardi, et notamment la chaufferie du réseau de chaleur. Visite qui a beaucoup intéressé l’adjoint au maire.
Je crois que je n’avais jamais (...)

13 novembre 2014 - les pauvres et les riches...

L’assemblée générale du conseil de quartier Léo Lagrange a longuement discuté sur le marché parallèle, ce marché qu’on disait le marché de la misère, mais qui devient aussi de plus en plus le marché des (...)

10 mars 2014 - PIG Energie, premier dossier en habitat individuel...

Le programme d’intérêt général (PIG)energie est bien sûr un enjeu essentiel des copropriétés, dont certaines, de grande taille, jouent un rôle social et urbain important. Mais ce programme concerne aussi (...)