Vénissieux fait face, malgré l’austérité, pour une ville pour tous

jeudi 3 avril 2014
par  Pierre-Alain
popularité : 21%

Le résultat des municipales de Vénissieux est à la fois marqué par la vague bleue qui a submergé tant de terres de gauche, et en même temps originale par la résistance de la liste conduite par Michèle Picard à la tenaille que tenaient l’UMP et le PS. Imaginez un seul instant que le résultat se soit traduit comme à Vaulx-en-Velin par une courte défaite du maire communiste sortant, les médias nationaux seraient venus en masse, les télés et les radios commentant à n’en plus finir la "chute du dernier bastion communiste avec la faucille et le marteau" comme le dénonçait le candidat de droite.

Pourtant, nationalement, c’est le silence ! Déçu sans doute, ceux, nombreux, qui avaient construit ce personnage médiatique "Obama des banlieues" qui allait "faire tomber le bastion communiste" se désintéressent de notre ville, attendant le prochain accident social pour confirmer leur discours préfabriqué sur une ville qu’ils ne connaissent pas et ne comprennent pas.

Car Vénissieux a résisté à la vague bleue, avec une droite qui, au total, avec son extrême ne progresse que de 2,8% sur 2008, nettement moins qu’au niveau national où elle passe de 38,14 % à 42,77% (+4,63%). Elle perd même de l’ordre de 500 voix sur 2008 en tenant compte de la part du Modem dans une liste de 2008 [1]... Notons cependant que c’est la droite qui progresse le plus entre les deux tours, gagnant 416 voix sur le total UMP-UDI du 1er tour.

Celà dit, à Vénissieux, pas de vague bleue, et le bleu marine est contenu, l’identitaire fasciste Lyonnais Gabriac a perdu son parachutage à Vénissieux et n’est pas élu.

Si l’abstention au 1er tour progresse de 51,7 à 55,7 % (+4%), soit 1624 abstentionnistes de plus qu’en 2001 et 2829 qu’en 2008, dans une période de développement de la ville, les votants restent autour de 13000, les exprimés ne perdent que 361 (-2,8%) sur 2001 et 731 (-5,7%) sur 2008. L’abstention à Vénissieux reste en dessous de celle de nombreuses villes populaires de banlieue (à plus de 58 %, on trouve Villiers le Bel, Vaulx-en-Velin, Bobigny, St-Denis, Aubervilliers, Vitry, Sarcelles, Roubaix, Clichy...), et contrairement au niveau national, elle baisse de 3,34% entre les deux tours, il y a 852 exprimés de plus en 2014 au deuxième tour que dans la quadrangulaire de 2001... Si la campagne a pris des formes délétères, le fait est que de nombreux Vénissians se sont mobilisés pour le choix de leur maire.

Dans ce contexte 2014, la liste dirigée par le PCF mobilise 67 % du vote d’union de la gauche de 2008 et 73% du vote d’union de la gauche de 2001... La tête de liste socialiste peut se répandre dans les médias pour rassurer ceux à qui il a tant promis pendant des semaines de mensonges, le rapport de forces à gauche est clairement en faveur du PCF. La proposition faite avant la campagne par le PCF d’accorder 11 élus au PS sur une liste d’union de 34 correspondait bien aux votes des Vénissians.

Cette analyse doit être précisée par quartier, ce qui permet de bien mesurer a quel point le choix de "l’alternative de gauche à la gestion par les communistes" que tente de défendre Lotfi Ben Khelifa est d’abord et avant tout la porte ouverte à la droite. Le quartier du Moulin à Vent était le quartier ou le parti socialiste faisait traditionnellement ses plus hauts scores, souvent devant le parti communiste. en 2014, il s’effondre et perd 30% de son électorat des cantonales de 2008, ce qui profite un peu à Michèle Picard, mais aussi malheureusement à la droite qui progresse elle dans ce quartier de +20% sur les mêmes cantonales.

Et si aux Minguettes, le PS triple presque ses voix sur 2008 [2], faisant jeu égal au total avec la liste de Michèle Picard, les 338 votants de plus entre ce deuxième tour 2014 et l’élection municipale de 2008 profite aussi à la droite qui gagne 107 voix. A force de répéter "pas d’accord avec le PCF, stop aux 80 ans de communisme", les électeurs mobilisés par cette campagne peuvent se dire que le plus sûr moyen de battre Michèle Picard, c’est de voter à droite !

Certains disent que cette bataille du PS a été décidé pour "sauver Bernard Rivalta", jusqu’alors président du SYTRAL. Mais tout ceux qui avaient étudié dans le détail les règles d’élection des conseillers communautaires, savaient que de toute façon, Bernard Rivalta allait être réélu [3] et chacun savait que Lotfi Ben Khelifa, tout en motivant les habitants des Minguettes à voter pour le "premier maire des Minguettes", se préparait à démissionner pour laisser sa place de conseiller communautaire à Bernard Rivalta, un des "barons" du système en place...

Il y a donc d’autres motivations, personnelles et du parti socialiste, pour avoir choisi une telle bataille anti-communiste, et ce sont celles qui ont animées le discours du PS à Vaulx-en-Velin, celles de toutes les villes que le PS a tenté de prendre au PCF au lieu de défendre les siennes contre la droite. On peut noter ainsi que Gérard Collomb entre les deux tours n’est allé ni à Rillieux, ni à St-Priest, ni à St-Fons, ni à Décines, ni à Chassieu, ni à Mions, villes socialistes qui étaient en danger, mais qu’il a trouvé le temps de venir à Vénissieux...

La crise de la politique s’est approfondie, et les dirigeants actuels s’installent dans une fuite en avant politique et institutionnelle.
- Le gouvernement élu par un peuple qui en avait marre d’une politique Sarkosyste outrancièrement en faveur des oligarchies économiques, se prend une claque politique gigantesque car il n’a pas décidé du changement attendu ? Il annonce qu’il va accélérer cette politique d’austérité, de mise en concurrence acharnée dans l’intégration européenne, politique dont la grande majorité des électeurs, de gauche comme de droite, ne veulent plus...
- L’abstention progresse à chaque élection, les Français exprimant de plus en plus ouvertement leur méfiance envers les institutions, les partis, et même envers la démocratie comme mode de gestion des gouvernements ? Les partis gouvernementaux, multiplient les "coups" :
— je veux mener une politique encore plus antisociale à droite, et je mène campagne auprès des décus de la gauche en promettant des mesures sociales...
— je soutiens la politique gouvernementale socialiste qui impose la réduction de la couverture maladie pour réduire le "trou" de la Sécu, mais je mène campagne au plan local pour proposer un "système de garantie de soins pour tous"...
— je vais au gouvernement acquérir de la légitimité, et vote toutes les réformes de droite et j’en sors après la vague bleue et un peu avant une échéance électorale pour tenter de me refaire une virginité politique de gauche...

Cette crise politique et institutionnelle va encore s’aggraver avec les prochaines élections européennes qui vont battre tous les records d’abstention, mettant en avant le FN, seul parti que les médias présentent comme "anti-système", en tout cas, seul à porter dans ses discours, la colère populaire contre l’Euro et l’U.E.

Elle s’aggravera encore avec les sénatoriales qui verra le Sénat rebasculer à droite, poussant de plus en plus dans les faits à cette "grande alliance" qui serait la solution à l’allemande à la nécessité de majorités solides pour "faire passer" les réformes anti-populaires.

C’est avec tout cela en tête qu’il faut bien apprécier le résultat Vénissian. Un nouveau maire communiste a pris ses marques. Michèle Picard a pu démontrer ses capacités, son engagement depuis 2009. Elle a su rassembler largement les Vénissians sur un projet clair, affichant son objectif de "tenir le cap à gauche", tout en tendant la main à toutes les personnalités de la ville attachées à l’intérêt général. Elle est désormais regardée par tous comme une nouvelle personnalité politique de poids dans l’agglomération. Elle va réaliser le projet de ville de Vénissieux au service de tous ses habitants, et en même temps, elle va faire la démonstration qu’on peut refuser le cynisme en politique, le cynisme des affaires, des compromissions avec les institutions, des discours démagogiques et populistes, du clientélisme...

Un renouveau de la vie politique est absolument nécessaire, mais loin des formules médiatiques du coup de balai tant affectionné par la droite, c’est au contraire dans un patient travail pédagogique et citoyen que le rassemblement réalisé ce 30 mars 2014 à Vénissieux pourra s’élargir, acquérir de la force pour prendre ses responsabilités avec les Vénissians dans les années à venir, regagner pas à pas les abstentionnistes, les "je n’y crois plus", et même les "chacun pour soi".

Les résultats comparés des élections locales depuis 2001 par grand territoire de Vénissieux

TerritoireÉlections02Abst03Nuls04EG05PC06PS07DG08G09VE10DIV11D12EDTotalExprimés
Centre200104 T1 Municipales23061191979582957424447646692244
200104 T2 Municipales237273114637733037146692224
200803 T1 Cantonales25969194129618111116040033551112424
200803 T1 Municipales2528106132725365926951422508
201403 T1 Municipales300084628534601187363727855652481
201403 T2 Municipales285492111349864526454662520
Est200104 T1 Municipales250219525011623049931463954652768
200104 T2 Municipales2650111137243737052554652704
200803 T1 Cantonales280811311014148316111049442157052784
200803 T1 Municipales2734139149124675637757432870
201403 T1 Municipales29998850779560954581231857462659
201403 T2 Municipales2852101102355592628957462793
Parilly200104 T1 Municipales22061702098612184030057345772201
200104 T2 Municipales228368104730940646445772226
200803 T1 Cantonales24965880033531650028247872233
200803 T1 Municipales244596111521663230348072266
201403 T1 Municipales25759773618379354971133248692197
201403 T2 Municipales25549479435177130548692221
Moulin à Vent200104 T1 Municipales21251452109662183239947045652295
200104 T2 Municipales216558111433550438945652342
200803 T1 Cantonales22453286343627464025647462469
200803 T1 Municipales220981128621372126447742484
201403 T1 Municipales24538371724353311975232248082272
201403 T2 Municipales23076793530586632848082434
Minguettes200104 T1 Municipales4032158246115123425233954469562766
200104 T2 Municipales4094104152439043341169562758
200803 T1 Cantonales44908577739349845933928473252750
200803 T1 Municipales446088157944853722973412793
201403 T1 Municipales4973997178981018410452415877122640
201403 T2 Municipales44761081102115370416977123128
Vénissieux200104 T1 Municipales13171787111250981269497159627022623212274
200104 T2 Municipales1356441462031848204321602623212254
200803 T1 Cantonales1463537944821874762862729237315782767412660
200803 T1 Municipales1437651067981376330514422780712921
201403 T1 Municipales1600045132737632562463290343614082870012249
201403 T2 Municipales1504346249672862391213552860113096

[1avec une tête de liste dirigeant une liste modem-verts, passé sur la liste du PS en 2014

[2on sait que ce résultat a été obtenu avec une campagne mensongère et frauduleuse

[3il aurait fallu dans le cas contraire que Michèle Picard fasse 33% de plus que le PS... autrement dit, sur la base du résultat du PS au premier tour, 16%, il fallait que Michèle Picard atteigne les 50% !


Commentaires

Brèves

14 mars 2011 - le droit de propriété, les marxistes et Mr Girard...

Mr Girard, conseiller municipal UMP de Vénissieux, a fait une longue intervention au conseil du 14 mars pour justifier son vote contre la délibération proposée par le maire de soutien aux arrêtés (...)