Poster un commentaire à la suite de l'article...

vendredi 26 avril 2013
par  Pierre-Alain

Oui, les expulsions sont inhumaines...

Il y a quelques jours, des commentateurs critiquaient l’action de Michèle Picard, maire de Vénissieux qui défendait une nouvelle fois au tribunal administratif ses arrêtés d’interdiction des expulsions. Passons sur les commentaires de la droite et des anti-communistes acharnés. Mais d’autres (...)

En réponse à...

Logo de CharlyBéral
dimanche 12 mai 2013 à 15h04 - par  CharlyBéral

Bonjour,

cette pauvre femme (paix à son âme) a commis sans nul doute un geste désespéré, et on voit de nombreux gestes extrêmes apparaître comme des immolations. Las que faut il faire ?

Une attitude consiste à s’indigner en vociférant et en cherchant des boucs émissaires en prenant l’opinion à témoin et en disant : retenez moi ou (... je ferai rien) ! On connaît tout ça. C’est stérile et cela ne fait qu’opposer les uns aux autres.
Notez bien que dans ce fait divers, cela faisait 3 ans que la procédure courait et qu’un bailleur attendait ses loyers. Qu’a dit la mairie ? Rien. Que pouvait elle dire ? Rien. Que pouvait elle faire ? Reloger la petite dame gratuitement ? Oui mais le gratuit, c’est le contribuable qui le paie, c’est parfois faisable jusqu’à un certain point, mais cela crée aussi un aléa moral pour les locataires de mauvaise foi, qui n’auraient alors plus qu’à se loger aux frais de la princesse. Je ne prétends pas que ce soit le cas de cette malheureuse dame, mais chacun sait que les locataires de mauvaise foi existent, tout comme les propriétaires avec le même défaut.

Ce que trop souvent les gens ignorent est que dans l’immense majorité des cas, le loyer perçu par les propriétaires est adossé pour partie à un prêt, mais pour partie seulement : le loyer ne co-finance que 50% du prêt adossé au bien immobilier. Et quand une personne ne paie pas, les grands tourments commencent pour le propriétaire qui dans certains cas est littéralement mis en péril financier.

J’ai un exemple vécu dans les très proches environs : une de mes connaissances loue un bien à une famille, laquelle finit par ne plus payer son loyer. Les impayés s’entassent pendant plusieurs trimestres, puis, les signes de vie des locataires débiteurs se font rares et par la suite inexistants. La boite à lettre déborde de pubs et de courriers divers dont des avis de passages inopérants. Las, le propriétaire qui a gardé une clé pénètre dans les lieux : une porcherie innommable. Le bien est immobilier est littéralement saccagé et regorge d’infâmes détritus organiques laissés manifestement volontairement sur place. Il poursuit la procédure. Seulement le locataire a eu vent de l’intrusion du propriétaire. et le voici qui attaque son propriétaire pour violation de domicile, vol de bijoux et qui lui demande des dommages et intérêts. Ce locataire s’est relogé à bon compte quelques encablures plus loin depuis déjà des mois, et sans vergogne, ne paie pas davantage ses loyers au nouveau propriétaire, en espérant que la justice Française lui octroie quelque indemnité. L’affaire n’est pas tranchée. Mais je vous prie de croire que le propriétaire passe de sacrées nuits blanches. Il n’a rien volé mais il a enfreint le droit en pénétrant dans le logement abandonné et laissé en déshérence, sans même avoir le droit de le reprendre et de le remettre en location !

Croyez bien que le propriétaire continue, lui, à payer ses amortissements à la banque, en jurant grand Dieu, qu’on ne l’y reprendrait plus. Par la suite marqué par cette expérience, son attitude devient par trop méfiante et sélective. Des solutions existent pourtant, mais elles n’éludent pas la responsabilité des personnes. et nous sommes sans nul doute dans ce cas comme dans l’autre dans des cas extrêmes.

Certes la collectivité publique peut parfois se substituer et garantir le bailleur, mais à terme, le problème reste entier puisque l’acteur Public devrait lui aussi à terme se retourner contre le locataire débiteur ou lever des impôts correspondants, ce qui aura aussi ses limites, surtout par les temps qui courent.

Et puis, dans ce triste fait divers, quid de l’entourage de cette personne ? De sa famille proche ou lointaine ? Et de nous tous par ailleurs qui écrivons ces lignes ?
La réalité est que ces faits divers nous renvoient aussi à notre propre attitude et que ces problèmes sont complexes et heureusement rares, Dieu merci.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?